Château de Lurcy-Lévis : une pétition pour son classement au monument historique

Château de Lurcy-Lévis : une pétition pour son classement au monument historique

Le petit Fontainebleau de l’Allier

Catherine Guyot

Ancienne propriétaire du château de Lurcy-Lévis

« Je suis découragée, je suis écœurée, le château de Lévis est dans un état pire que quand je suis arrivée. Ce que je vois, c’est qu’en fait, toutes les fenêtres ont été brisées, nous, on y habitait, il y avait les fenêtres, les portes, les carreaux, rien ne manquait. »


Elle l’appelait le petit Fontainebleau de l’Allier. Catherine Guyot est l’ancienne propriétaire du château de Lurcy-Lévis. Elle l’achète en 1995 avec son mari et ses quatre enfants avant de l’habiter, le rénover en partie puis le revendre en 2000. Il y a quelques mois elle reçoit l’appel d’un habitant du village, l’alertant de l’état du château de Lévis. Revenir sur le domaine l’a fait sortir de sa réserve.

Catherine Guyot

Ancienne propriétaire du château de Lurcy-Lévis

« Aujourd’hui je dis que le patrimoine appartient à tous et si il est privé, il faut quand même rappeler au propriétaire qu’il est propriétaire d’une part du patrimoine français et du patrimoine de Lurcy Lévis. »

Elle est à l’origine d’une pétition lancée le 8 janvier dernier, pour demander le classement du château de Lévis comme Monument Historique. Elle regroupe aujourd’hui plus de 13 500 signatures. Pour éviter que ce château du XVIIe siècle disparaisse complètement, nous demandons un classement d’urgence par la ministre de la culture. Une procédure qui pourrait aller jusqu’à mettre en demeure son propriétaire actuel d’effectuer des travaux d’urgence. Nous l’avons rencontrée quelques jours plus tard.

Une commission de sécurité a jugé de la dangerosité du Château de Lévis

Jean de Menton

Actuel propriétaire du château de Lurcy-Lévis

« Cette pièce était censée être ma chambre, la pièce d’à côté, un bureau. »

Lorsqu’il l’achète en 2000, Jean de Menton est plein de projets et d’idées pour l’avenir du château de Lévis.

« Comme vous voyez, il y a absolument tout à faire. Ici, c’était censé être un bureau, c’est dans un état  épouvantable. Et là bas c’était le reste de l’appartement, avec dressing room et salle de bain. »

Mais l’investissement à fournir est plus grands qu’il ne l’imagine. Autre coup de massue, en 2013 une commission de sécurité juge de la dangerosité du bâtiment et oblige la mairie à fermer le château au public. Les visites sont interdites, difficile pour Jean de Menton de se battre face à l’immensité de la tâche.

Jean de Menton

Nouveau propriétaire du château de Lurcy-Lévis

« Au début j’ai fait tout ce que j’ai pu j’ai fait des travaux importants dans les communs, charpentes et toitures. J’ai refait la façade que vous voyez ici, j’ai refait l’intérieur, j’ai mis les tapisseries et l’électricité etc. Maintenant, même si j’ai pas été parfait et si j’ai pas été un tellement bon propriétaire dans le passé, je suis motivé pour trouver des solutions. Parce que des solutions, aujourd’hui il y en a, avec des méthodes qui n’étaient pas disponibles il y a 5 ou 10 ans. »

Depuis plusieurs mois Jean de Menton travaille avec la DRAC, le conseil départemental et de nouveaux collaborateurs pour établir un plan de financement d’urgence. il se laisse jusqu’au mois de mars prochain pour tenter de sauver le château de Lurcy-Lévis.