Chenonceau Louise Dupin, la protectrice

Louise Dupin, la protectrice

Au lendemain de la Renaissance, Chenonceau retourne dans le domaine privé et passe de mains en mains au gré des ventes et des successions, pour être racheté en 1733 par Claude Dupin, marié en secondes noces…. à Louise. On dit que c’est elle qui a changé l’orthographe du nom de la ville (Chenonceaux avec un « x ») en opposition à celui du château.

Au moment de la Révolution, c’est encore elle qui sauve le château de la destruction. Du fait de son ancien statut de domaine royal il est supposé être confisqué et revenir à la Nation. Au terme d’une longue bataille judiciaire, Louise parvient à prouver que le château est une propriété privée et réussit ainsi à le préserver.

Elle meurt quatre ans plus tard. Elle est enterrée dans la forêt de Chenonceau, sur la rive gauche du Cher, dans l’axe de la galerie. On peut encore voir son tombeau en forme de sarcophage antique.

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le château de Chenonceau continue d’être une résidence privée appartenant à différents propriétaires, et reçoit d’illustres visiteurs (George Sand, Gustave Flaubert…).

+ d’infos Château de Chenonceau

CYCLE DES DAMES DE CHENONCEAU

Katherine Briçonnet la bâtisseuse

Diane de Poitiers, la favorite

Catherine de Médicis, la reine-mère

Louise de Lorraine, la veuve inconsolable

Louise Dupin, la protectrice

Marguerite Pelouze, la restauratrice

LES DERNIÈRES ACTUALITÉS CHÂTEAUX-STORY

Un commentaire sur “Chenonceau Louise Dupin, la protectrice
2 Pings/Trackback pour "Chenonceau Louise Dupin, la protectrice"