Ile de France

Île-de-France – également connu sous le nom région parisienne, est l’une des 18 régions de France et comprend la ville de Paris. Elle couvre 12 012 kilomètres carrés et a son propre conseil régional. L’île de France a une population de 12 005 077 habitants en janvier 2014, soit 18,2% de la population de la France.

La région se compose de huit départements administratifs : Paris, l’ Essonn , les Hauts-de-Sein , la Seine-Saint-Deni , la Seine-et-Marne, le Val-de-Marne, le Val-d’Oise et les Yvelines. Créée en 1961 sous le nom de «District de la Région Parisienne», elle a été renommée en 1976, après la province historique d’Île-de-France, lorsque son statut administratif a été aligné sur les autres régions administratives françaises créées en 1972. Les résidents sont parfois appelés « Franciliens », un mot administratif créé dans les années 1980.

Le PIB de la région en 2016 était de 681 milliards d’euros (soit 850 milliards de dollars aux taux de change du marché ). Il a le PIB par habitant le plus élevé parmi les régions de France et la troisième plus grande région de l’Union européenne En 2014, trente entreprises du Fortune Global 500 avaient leur siège en région parisienne.

Île de France – Étymologie

Bien que le nom moderne « Île-de-France » signifie littéralement «île de France», l’étymologie est en fait peu claire. L ‘ »île » peut se référer à la terre entre les rivières Oise, Marne et Seine, ou peut-être aussi à l’ île de la Cité auquel cas « Ile de France » était à l’origine un pars pro toto ou peut-être un métonym.

Une autre possibilité est que le terme est une corruption d’un terme de langue franque supposé  » Liddle Franke  » signifiant « Petite France » ou « petite terre franque », de sorte que la référence moderne à une « île » peut être une coïncidence. Cependant, cette théorie pourrait être anachronique, puisque le nom  » L’Île-de-France  » n’est pas documenté avant 1387.

Ile de France – Géographie

Île-de-France a une superficie de 12011 km 2. Il est composé de huit départements centrés sur son département le plus interne et la capitale, Paris. Autour du département de Paris, l’urbanisation remplit un premier anneau concentrique de trois départements communément appelés la petite couronne, et s’étend dans un second anneau extérieur de quatre départements connu sous le nom de grande couronne. L’ ancien département de la Seine, aboli en 1968, comprenait la ville proprement dite et des parties de la petite couronne.

La petite couronne comprend les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, et la grande couronne de ceux de Seine-et-Marne, des Yvelines, de l’ Essonne et du Val-d’Oise.

La Seine traverse la région. La Seine compte de nombreux affluents, dont les rivières de l’Oise et de l’Aube. C’est le deuxième plus grand fleuve de France après la Loire. La région est dans une zone de plaine appelée le bassin de Paris. Au sud de cette région se trouve le Massif Central , une zone de hautes terres plus élevée que la campagne environnante mais beaucoup plus basse que les Alpes.

Ile de France – Économie

La région parisienne est le premier centre d’activité économique de la France, avec un produit intérieur brut (PIB) de 681 milliards d’ euros en 2016. En 2011, son PIB se classait au deuxième rang parmi les régions d’Europe et son PIB par habitant était le quatrième en Europe. Alors que la population de la région parisienne représentait 18,8% de la France métropolitaine en 2011, le PIB de la région parisienne représentait 30,1% du PIB de la France métropolitaine. Il abrite le siège mondial de trente entreprises Fortune Global 500.

L’économie régionale s’est progressivement orientée vers des industries de services à forte valeur ajoutée (finance, services informatiques, etc.) et manufacturières de haute technologie (électronique, optique, aéronautique, etc.)

L’activité économique la plus intense de la région parisienne se situe dans le centre des Hauts-de-Seine et dans le quartier d’affaires de la Défense de La Défense, dans un triangle entre l’ Opéra Garnier, La Défense et le Val de Seine. Alors que l’économie parisienne est dominée par les services et que l’emploi dans le secteur manufacturier a fortement diminué, la région reste un important centre de fabrication, notamment pour l’aéronautique, l’automobile et les industries «écologiques».

Le revenu par habitant de la région est le plus important des régions de l’Union européenne et le troisième par habitant après Luxembourg et Bruxelles.

Le tourisme à Paris est une composante majeure de l’économie régionale, puisque la région comprend à la fois Paris et Disneyland Paris. La région parisienne a accueilli 32 300 000 visiteurs en 2013, plaçant la région juste devant Londres en tant que première destination touristique mondiale, mesurée par la fréquentation des hôtels. Le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie et la Chine ont accueilli le plus grand nombre de touristes étrangers en région parisienne.

Selon le recensement français de 2011, 59,0% de la main-d’œuvre régionale est dans le commerce, les transports et les services marchands: 26,8% travaillent dans les services non marchands (administration publique, éducation, santé humaine et travail social); 8,6% travaillaient dans la fabrication, l’exploitation minière et les services publics; 5,3% travaillaient dans la construction; et 0,3% travaillait dans l’agriculture.

La majorité des salariés de la région emploient 370 000 emplois tertiaires, concentrés dans les 8e, 16e et 17e arrondissements du nord-ouest. Les sociétés de services financiers de Paris sont concentrées dans le district bancaire et d’assurance des 8ème et 9ème arrondissements du centre-ouest. Le quartier des grands magasins de Paris dans les 1er, 6ème, 8ème et 9ème arrondissements emploie 10% de la main-d’œuvre surtout féminine à Paris, dont 100 000 dans le commerce de détail. Quatorze pour cent des Parisiens travaillent dans les hôtels et restaurants et autres services aux particuliers. 19% de la main-d’œuvre parisienne travaille pour l’Etat soit dans l’administration soit dans l’éducation. La majorité des personnels soignants et sociaux de Paris travaillent dans les hôpitaux et les logements sociaux concentrés dans les 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissements périphériques. En dehors de Paris, le département des Hauts-de-Seine Ouest La Défense quartier spécialisée dans la finance, l’assurance et le district de la recherche scientifique est le plus grand quartier d’affaires dédié dans toute l’Europe et emploie plus de 150 000 à partir de 2012 et estimé à 200 000 en 2015 et 300 000 en 2019, et le secteur audiovisuel nord-est de la Seine-Saint-Denis compte 200 entreprises de presse et dix grands studios de cinéma.

La fabrication de Paris est centrée dans sa banlieue : la ville elle-même compte 75 000 ouvriers employés dans l’industrie manufacturière. La plupart d’entre elles concernent le textile, l’habillement, la maroquinerie et la chaussure. L’industrie manufacturière de la région parisienne se spécialise dans le transport, principalement automobile, aéronautique et ferroviaire, mais en nette baisse : les emplois manufacturiers parisiens ont chuté de 64% entre 1990 et 2010 et la région parisienne perd 48% sur la même période. La majeure partie de cette baisse est due à la délocalisation d’entreprises hors de la région parisienne. Les 800 entreprises aérospatiales de la région parisienne en emploient 100 000. Quatre cents entreprises automobiles emploient 100 000 travailleurs de plus; beaucoup d’entre eux sont dans les Yvelinesdépartement autour des usines Renault et PSA-Citroën (ce seul département emploie 33 000), mais l’industrie dans son ensemble a subi une perte importante [ clarification nécessaire ] avec la fermeture en 2014 d’un important ensemble Citroën d’ Aulnay-sous-Bois plante.

Le sud de l’Essonne est spécialisé dans la science et la technologie, et le sud-est du Val-de-Marne, avec son marché de gros de Rungis, est spécialisé dans la transformation des aliments et des boissons. Le déclin manufacturier de la région parisienne est rapidement remplacé par les éco-industries : celles-ci emploient environ 100 000 travailleurs. En 2011, alors que seulement 56 927 travailleurs de la construction travaillaient à Paris même, sa zone métropolitaine employait 246 639 dans une activité centrée essentiellement autour de la Seine-Saint-Denis (41 378). Hauts-de-Seine(37 303) les départements et les nouveaux centres de parcs d’affaires y apparaissent.

LES DERNIÈRES ACTUALITÉS CHÂTEAUX-STORY